Jamais terminé ?

Post Image

Nous avons masterisé avec Raphael Jonin le disque de Malouma. Le choix du processing a été fait en comparant 3 compresseurs: le GML, le FEARN, et le GROOVE TUBE GLORY.

Photo A. Gresland
Photo A. Gresland

Aucune équalisation n’était nécessaire, il fallait juste gérer le niveau tout en controllant un peu la dynamique. Bref domestiquer la bête.

Le FEARN a gagné la partie cette fois ci, apportant en plus de sa magnifique colloration, détails subtils, respect du grave ( le GLORY collorait trop cette partie du spectre ), et scéne sonore 3D.

Le GML, ultra rigoureux et versatile, nous a semblé un peu ennuyeux, trop respectueux.

Le GLORY était ennivrant dans le médium aigu mais trop entreprenant dans le grave (qui n’en demandait pas temps ).

Le FEARN a juste apporté la touche finale, le sel , le poivre ( en grain ), le sucre, bref le liant où et quand il faut, avec la distinction des grandes machines.

Après écoute en voiture , puis à la maison, j’ai senti la necessité d’ajuster certains niveaux relatifs entre morceaux. J’avais rendez-vous le lendemain avec Raphael pour les transferts analogiques du futur vinyl de Vincent Ségal ( j’en ai parlé dans un épisode précédent et vous raconterai la suite…). Donc modifications: +O,8 Db ici ( ouf ça passe relax, no stress ), puis entre -O,9Db et +0,4Db la.

Que ne ferais je pour faire vivre le film dans son intégralité, pour vous captiver ?

Hier soir mon ami Pierre Fruchard, l’homme aux guitares qui a tant donné pour ce disque m’a juste suggéré, après écoute attentive et heureuse, un changement d’ordre; une simple inversion.
Merci Pierre, tu as oté le dernier petit grain de sable qui trainait dans ma chaussure.

Lundi , je téléphonerai à Raphael pour ce changement ainsi qu’un petit +0,2Db sur un morceau et un -O,2Db sur un autre.

ALORS LA CE SERA FINI!!!!

Je rendrai ma copie à la grande dame et ce disque deviendra le vôtre et croyez moi, le voyage sera beau, MAGIQUE !!!