Boubacar Traoré : « Mali Denhou » – Revue de Presse

Post Image

Libération

Ça va jazzer   Boubacar Traoré  le Muddy Waters malien   Libération.frToute la pureté du blues africain irrigue le nouvel album de Boubacar Traoré. La voix bluesy mélange la densité les eaux du fleuve Niger aux feelings du Delta et des grandes cités américaines. […] L’enregistrement du dernier, Mali Denhou, a été réalisé dans une ambiance chaleureuse et concentrée en juin 2010, au Studio Moffou de Salif Keita, à la périphérie de Bamako. La voix au timbre nimbé de nostalgie de Boubacar enveloppe les chansons.

http://jazz.blogs.liberation.fr/2011/01/20/boubacar-traore-le-muddy-waters-malien/

Les Inrockuptibles

Boubacar Traoré  la fleur du Mali   Les InrocksLa voix conserve cette merveilleuse clarté d’un Skip James sahélien. La musique reste sans âge, comme l’est ce pays bambara dans ce qu’il a de plus réfractaire à la modernité.

http://www.lesinrocks.com/musique/critique-album/boubacar-traore-la-fleur-du-mali/

Le Figaro

Boubacar Traore- Le FigaroSi son cadet, Ali Farka Touré, a bénéficié d’une grande reconnaissance internationale, Boubacar Traoré est un véritable pionnier du blues mandingue. Ce cousin africain de John Lee Hooker, Blind Willie McTell ou Robert Johnson, au jeu de guitare inspiré par le son de la kora, revient aujourd’hui avec Mali Denhou, qui creuse le sillon acoustique emprunté par le musicien et chanteur depuis quelques années. Apaisé et habité, Traoré porte en lui cinquante années d’expérience, sans jamais perdre cette légèreté poétique et cette grâce unique.

http://www.lefigaro.fr/musique/2011/02/28/03006-20110228ARTFIG00767-boubacar-traore.php